Résumé des mesures après le Congrès 

Intervention du Président de la République Francçois Hollande lors du Congrès de Versailles - lundi 16 novembre 2015
Intervention du Président de la République Francçois Hollande lors du Congrès de Versailles - lundi 16 novembre 2015

Le Président a rappelé que parmi les 130 victimes, 19 nationalités étaient représentées, jeunes pour la plupart, qui représentaient la diversité de la France, notre vivre ensemble. Le Président a été très ferme : « Jamais ils ne réussiront à abimer l’âme française ». Nous devons continuer à sortir, à vivre et à influencer le monde comme nous l’avons toujours fait. Nous devons rester unis et solidaires pour être encore plus forts ; c’est la meilleure manière de défendre nos valeurs et notre République. Comme l’a dit le Président : « Le terrorisme ne détruira pas la République française car c’est la République qui le détruira ». 

Au niveau international

  • Demande d’une réunion dans les meilleurs délais d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour lutter contre le terrorisme,
  • Travailler à une grande et unique coalition anti-Daech, avec des rencontres dans les prochains jours avec les Présidents Obama et Poutine,
  • Renforcer, dès à présent, les interventions aériennes contre les postes de commandement et d’entraînement de Daech en Syrie.

Au niveau européen

  • Demande aux Etats membres de l’Union européenne aide et assistance comme le prévoit l’article 42.7 du Traité sur l’Union européenne lorsqu’un Etat membre est agressé,
  • Demande à l’UE de mettre en place de façon coordonnée et systématique le contrôle aux frontières extérieures et intérieures de l’Europe,
  • Mise en place d’un plan d’action européen contre le trafic d’armes.

Au niveau intérieur

  • Prolongation de l’état d’urgence pour 3 mois avec modification de son contenu par un projet de loi discuté dès jeudi 19 novembre à l’Assemblée,
  • Réforme de la Constitution pour qu’au-delà de ces 3 mois, la France puisse se doter des moyens de lutter efficacement et dans la durée contre le terrorisme de guerre,
  • Permettre la déchéance de la nationalité française des binationaux,
  • Interdire l’entrée en France d’un binational présentant un risque terroriste,
  • Dissoudre groupes et associations qui provoquent la haine ou incitent aux actes terroristes,
  • Saisir le Conseil d’Etat pour avis sur les propositions de l’opposition concernant la privation de liberté pour les individus fichés « S »,
  • Créer 5000 emplois de policiers et de gendarmes (ce qui, avec les 5000 postes déjà créés depuis 2012, permettra de retrouver le niveau de 2007), 2500 postes dans la Justice et 1000 emplois de douaniers,
  • Aucune diminution des moyens de l’Armée jusqu’en 2019,
  • Création d’une garde nationale, formée de réservistes militaires.