SOUTIEN A L’INVESTISSEMENT

Si nous voulons plus de croissance et plus d’emploi, il faut plus d’investissements immédiatement. L’Etat va prendre ses responsabilités, l’investissement va être stimulé, encouragé, tout de suite. Avec la création d’un fonds de financement en fonds propres de 500 M€, un avantage fiscal exceptionnel pour les entreprises qui investissent sans attendre, une capacité de prêt de la BPI aux projets de développement portée à 8Md€, un soutien de l’Etat aux investissements des collectivités, ... Mais pour favoriser la croissance, il faut aussi favoriser le travail : les accords de maintien dans l’emploi seront améliorés, l’emploi dans les TPE facilité, les nouveaux droits donnés aux salariés confirmés. Le compte formation, le compte pénibilité, la possibilité de garder sa mutuelle même en changeant d’entreprise, en plus du compte épargne-temps, constituent désormais le capital des salariés.


«Si nous voulons de la croissance [il faut] tout de suite des investissements. Et l’Etat va prendre ses responsabilités ». Car c’est bien « l’investissement qui va permettre à la croissance d’être plus forte, et à l’emploi d’être plus important qu’il n’est prévu aujourd’hui » (PR, 03/04/15) :


˗ « L’industrie a un avenir en France » et « suppose de nouveaux investissements », même « si certains en ont douté» et «ont pensé qu’il pouvait y avoir un développement économique sans la capacité industrielle » ;


˗ « L’investissement améliore l’emploi : il peut améliorer les conditions de travail et peut créer aussi de l’emploi » ;


˗ « Notre économie redémarre [...] mais redémarre encore lentement » : « si nous voulons créer des emplois il faut avoir plus de 1% de croissance », et « il faut [aussi] avoir une consommation qui puisse être dynamique » (PR, 03/04/15). « L’investissement va donc être stimulé, encouragé ». Et « on ne va pas perdre de temps » : ce n’est « pas l’investissement pour dans 6 mois, c’est l’investissement pour le mois prochain ».


-  Dès ce vendredi, « pour apporter du financement de fonds propres [aux] entreprises », un fonds a été créé avec les assureurs et la Caisse des dépôts : ce sera « 500 M€, [...] directement opérationnel dès le mois prochain ».


-  Dès mercredi prochain, « le gouvernement [va] prendre un certain nombre de dispositions au Conseil des ministres ». Le président de la République en a présenté les principaux axes :


o Pour « soutenir dès aujourd’hui l’investissement » : « toutes les entreprises qui investiront [dès] le mois prochain et [les mois suivants] auront un avantage fiscal, une stimulation fiscale, un encouragement fiscal pour le faire », grâce à un « un mécanisme exceptionnel [qui] sera créé » ;


o Pour accroître la capacité de financement de la BPI : la décision est prise de porter « jusqu’à 8 Md € » sa capacité de prêt « notamment [pour] les prêts de développement pour les entreprises, des prêts jusqu’à 5 ans » ;


o Pour mettre l’épargne des Français au service des entreprises : « l’épargne qui reste dans les fonds de réserve des Caisses de retraite ou dans d’autres caisses [...] pourrait être parfaitement mise [...] au service des entreprises » ;


o Pour soutenir les investissements des collectivités : « il y aura des prêts [...] mis à disposition, notamment pour favoriser l’avance [...] que les collectivités font lorsqu’elles investissent, puisqu’elles paient de la TVA qui ne leur est remboursée que 2 ans après ».


« La 2ème priorité dans ce moment essentiel qui est la reprise de la croissance, [...] c’est de favoriser le travail » (PR, 03/04/15). Pour cela :


˗  Favoriser l’emploi, c’est « améliorer [...] les accords de maintien dans l’emploi, qui permettent à une entreprise qui a une difficulté de trouver les solutions pour remettre de la compétitivité, de l’investissement, de l’emploi ». Une réflexion est engagée, « ce mécanisme-là sera élargi, facilité, simplifié » ;


˗  Favoriser l’emploi, c’est le favoriser dans les TPE, ces entreprises « qui sont prêtes à embaucher mais qui craignent des procédures, [...] la longueur, [et] parfois de devoir se séparer ensuite de leurs salariés qu’ils viennent d’embaucher ». Des mesures seront présentées en juin ;


˗  Favoriser l’emploi, c’est aussi améliorer les droits des salariés : « avec l’ensemble [des] droits [que nous avons créés], il y a la possibilité de se constituer [...] un "Compte personnel d’activité", ce qu’on a accumulé tout au long de sa vie qu’on peut utiliser tout au long de sa vie professionnelle ». « Ce sera le capital des salariés » :


o Le Compte Formation, « chaque salarié a un compte formation qui est doté à mesure qu’il a de l’ancienneté, pour qu’il puisse se former tout au long de la vie » ;


o Le Compte Pénibilité, « qui va leur permettre d’accumuler du temps, partir plus tôt à la retraite, se former, s’organiser comme ils le voudront » ;


o Le Compte Epargne Temps « aussi pour les RTT » ;


o Le Compte « qui permet de garder sa mutuelle [...] lorsqu’on change de d’entreprise ».