INCENDIE MAIRIE D'HÉNIN-BEAUMONT

Philippe Kemel, Député de la 11e circonscription du Pas-de-Calais, condamne avec la plus grande fermeté l’incendie vraisemblablement criminel de l’Hôtel de ville d’Hénin-Beaumont ainsi que les tags et menaces de mort à l’encontre des élus. De tels actes n’ont pas leur place dans notre République ! 


Quelle que soit la personne, le parti politique ou l’Institution visée ; il ne peut être toléré de tels agissements. Dans notre pays, il existe des moyens démocratiques pour s’exprimer. Ils sont les seuls recevables. Si pour les malfaiteurs il s’agissait, par ces actes, de manifester un désaccord avec la politique menée dans la commune d’Hénin-Beaumont, ou celle prônée par le Front National, il existe bien d’autres moyens démocratiques de lutter contre les idées de ce parti. Et cela commence par le fait d’aller voter, de participer aux réunions de concertations, agir au sein d’association, etc. c’est-à-dire en s’investissant dans la vie publique.


On peut s’interroger sur les responsabilités politiques de ceux qui diffusent des idées basées sur la peur et sur le désordre, qui peuvent amener à ces débordements. Le temps du débat d’idées est permanent. Les choix s’expriment durant le temps démocratique de l’élection, sans contraintes et en toute liberté. C'est cela la République.


CARSAT NORD-PICARDIE

Marisol Touraine annonce une nouvelle prime de 800€ renouvelable non récupérable jusqu'à obtention de la retraite pour tous les retraités en retard de paiement de plus d'un mois après la date d'entrée en jouissance du droit. Les assurés ayants déjà perçus celle de décembre et qui répondent à ce critère pourront de nouveau toucher cette prime. Tout sera mis en œuvre pour respecter la dignité et les droits des assurés de la ‪#‎Carsat‬ Nord-Picardie. Le renfort d'autres Carsat sera augmenté pour permettre via l'entraide de résorber au plus vite le retard. Nous allons continuer à suivre avec mes collègues députés SRC du nord Pas-de-Calais, de très près, l'évolution de la situation.


ATTENTATS DE JANVIER

Assassiner des policiers, assassiner des journalistes, c'est vouloir assassiner la République. Ne cédons pas à la peur, en ces moments particulièrement difficiles, c'est autour de la Nation, de la République et de ses valeurs, Liberté-Égalité-Fraternité et de la tolérance que nous devons nous rassembler. Rassemblés, nous pensons aux victimes et à leurs familles. Partout, quotidiennement, agissons pour défendre la liberté d’expression inhérente à la liberté de la presse. Liberté fondamentale inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Philippe KEMEL



LE CENTRE HOSPITALIER D’HÉNIN-BEAUMONT UN RETOUR À L’ÉQUILIBRE PROGRAMMÉ

Philippe Kemel, accompagné de Stéphane Filipovitch et Marine Tondelier, a rencontré le cabinet de Mme la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé le 25 juin dernier pour lui faire part des importantes difficultés financières du Centre Hospitalier d’Hénin- Beaumont. Au regard des informations fournies, Mme la Ministre avait accordé à titre exceptionnel 5M€ dont 4M€ d’aides nationales, en 2013. 

 

Pour 2014, l’ARS a été mandatée pour effectuer une analyse des besoins en trésorerie de l’établissement. Elle attribuera une aide sur sa marge régionale couverte par le niveau national lors de la prochaine circulaire budgétaire afin d’éviter une rupture de trésorerie.

 

Un plan de retour à l’équilibre financier devra être signé avec le directeur de l’ARS d’ici le 30 septembre prochain. Il permettra de fixer le repositionnement médical de l’établissement afin de donner une visibilité et une pérennité d’action au CHHB.

 

Philippe Kemel, Stéphane Filipovitch et Marine Tondelier, continueront de travailler étroitement avec le cabinet de Mme la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, la Direction du CHHB, les partenaires sociaux et le personnel de l’établissement afin de soutenir et d’accompagner le Centre Hospitalier d’Hénin-Beaumont.


Résultats des Européennes

Ce vote ne résout pas la crise et l’approfondit un peu plus. Plus on s’enfonce dans la crise, plus la menace de l’éclatement de l’Europe peut se traduire par des rivalités, la montée des nationalismes. Et derrière on sait que ça peut être le conflit. Sur cette circonscription, Marine Le Pen baisse, c’est le parti des abstentionnistes qui monte. À cause de notre abstention générale, les forces eurosceptiques bloquent un peu plus l’Europe, nous affaiblissent et risquent d’accentuer le chômage et la faiblesse de la création d’emplois. Cela montre que le vote Front national n’est pas utile. Les électeurs ont déjà protesté aux élections municipales. Le président de la République a entendu, il a changé de Premier ministre qui a donné une feuille de route très précise pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés, aux plus défavorisés.


Rencontre des salariés d'INDRA

Je tiens à saluer le combat courageux et digne des salariés d’INDRA de Noyelles Godault, que j’ai rencontrés. J’espère qu’ils obtiendront gain de cause. Ils peuvent compter sur les élus de notre territoire pour les accompagner et les défendre. Il en est de même pour ceux de VISTEON à Harnes et Gondecourt.


La loi bancaire

La plus grande crise financière depuis la Grande crise d’octobre 1929 est née voilà maintenant six ans pour engendrer une crise économique. Cette dernière est toujours aussi prégnante, peut-être même davantage qu’il y a quelques années. 


En vérité, les crises financières et économiques n’ont jamais vraiment quitté notre horizon.

 

Ce qui frappe immédiatement quand nous faisons la rétrospective de ces dernières années, c’est que cette dernière crise est particulièrement financière et que le système bancaire en est à la fois le cadre et l’acteur principal.

 

À cet égard, il était plus que jamais nécessaire de faire évoluer les comportements bancaires, compte tenu du nouvel environnement international et de la volonté de recentrer l’action des banques au service du financement de l’économie autour de leur métier : mettre l’épargne et gérer la monnaie au service des ménages et de l’investissement des entreprises.


C’est dans cette optique que M. François Hollande, alors candidat à la Présidence de la République, avait proposé de séparer les activités de crédit des banques de leurs opérations spéculatives. C’est naturellement dans cette optique que le projet de loi est aujourd’hui discuté à l’Assemblée nationale. CE PROJET DE LOI ETAIT ATTENDU : IL EST INDENIABLEMENT NOVATEUR


Sans vouloir faire de la France une «donneuse de leçons», il va néanmoins s’agir du premier texte mis en œuvre sur ce sujet si crucial de la séparation des activités bancaires et sur la résolution des crises bancaires. Nul doute qu’il servira ainsi d’étalon pour les réformes qui verront le jour dans d’autres pays et qu’il constituera une référence incontournable dans le cadre de la future réglementation qui devrait être adoptée au niveau de l’ensemble de l’Union européenne.


La très large consultation à laquelle le Gouvernement a procédé en amont de ce projet de loi ainsi que les échanges qui ont déjà eu lieu entre le Gouvernement et le Parlement par l’intermédiaire du ministre de l’Économie et des finances ont permis de tracer une frontière assez précise entre les activités reconnues utiles à l’économie réelle et celles relevant de la pure spéculation. Le juste équilibre auquel on est parvenu devrait permettre d’améliorer le fonctionnement et le comportement des banques à l’avenir.


Enfin, tout indique que ces règles vont dans le sens d’une plus grande transparence, gage d’un contrôle par ailleurs plus efficace. Nul doute, là aussi, qu’elles constitueront une digue particulièrement robuste contre d’éventuelles nouvelles folies des marchés et des hommes qui les animent, contre les errements qui, dans un passé récent, ont pu affecter durement la vie économique de nos pays.


VISTEON

Jeudi 21 Mars 2013, lors de la venue à Lens d’Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif, nous avons pu l’interroger sur un dossier particulièrement important, celui de VISTEON à Gondecourt. Monsieur le ministre connaît bien la situation de ces entreprises à capitaux étrangers, qui n’ont pas d’état d’âme quant à leur localisation, c’est ce qu’il a pu exprimer aux syndicats et aux représentants des salariés de VISTEON. Ces derniers partageaient le même avis et ils ont montré combien ils connaissaient le dossier, combien ils avaient travaillé sur des propositions originales, innovantes pour maintenir l’emploi. Monsieur le ministre a apprécié cette pertinence de réflexion et de proposition. Il va donc dans les prochains jours voir comment il peut appuyer et faire aboutir les démarches entreprises avec les actionnaires pour consolider de vrais échanges et définir l’avenir de VISTEON. Selon ses informations VISTEON déclarerait qu’il n’a pas l’intention d’abandonner le site de Gondecourt. C’est autour de ce fait qu’il faut vraiment bâtir l’avenir de l’automobile à Gondecourt et dans notre territoire." Philippe Kemel le 22/03/13


Décision du Conseil Constitutionnel

Le conseil Constitutionnel a pris la décision à laquelle nous nous attendions. Le recours tel qu'il avait été construit par Mr Briois et Mme Le Pen n'avait pas de fondement. Nous avions pris la stratégie de ne pas communiquer parce que nous avions décidé de ne pas entrer dans la polémique et nous ne voulions pas contrarier les juges du Conseil Constitutionnel.

 

La justice devait prendre une décision dans la sérénité. Ce sont les sages et nous avons respecté leur sagesse. Sur ce dossier là, les déclarations qui ont été faites et la déclaration que je fais est là pour mettre en avant au combien Mme Le Pen est non seulement une mauvaise joueuse mais sur le fond pour dire que le Front National n'est pas respectueux de la Démocratie.

 

Certes, il n'y avait que 118 voix, mais en démocratie une voix suffit et nous avions eu 118 fois ce qu'il suffit. Ce n'est pas parce qu’il y a peu de voix d'écart que forcément il faut remettre en cause le scrutin.

 

Mme Le Pen a inventée « Les fausses vrais signatures », elle a transformé de vraies signatures en les présentant comme fausses. Elle n'est pas respectueuse de la démocratie, comme pour Mr Mélenchon, elle avait inventé le faux tract !

 

Aujourd'hui et comme toujours, elle est dans la victimisation au point de demander la démission du Président du Conseil Constitutionnel .Cela veux dire qu' à toutes les étapes de la démocratie, au niveau du choix des électeurs, des mécanismes de recours, elle rejette les institutions de notre République. Sur le fond, le Front National est en permanence à la limite de la démocratie, à la frontière de la démocratie.

 

Lorsque Mme Le Pen a pris la Présidence du mouvement du Front National, les Médias à leurs manière ont dit « Elle est jeune, elle est belle, elle parle bien, elle est différente de son père, donc le mouvement est différent » Eh bien non !  Le mouvement tel qu'il est dans sa nature est un mouvement qui peux remettre en cause la démocratie et de ce fait représente un danger pour la démocratie. Pour avoir vu la manière dont ils ont monté le recours.

 

Ils ont inventé des situations artificielles et les Médias ne se sont pas posés les questions de fond, ils ont invités en permanence Mme Le Pen qui disait : « Il s'est passé un tas de choses, on ne sait pas lesquelles la bas du coté d'Henin Beaumont et de Carvin ».

 

Donc maintenant « Vigilance » et allons dire à la population qu’ils sont dangereux pour notre démocratie.