QU'EST-CE QUE LE PARLEMENT DES ENFANTS ?

Le site Officiel
Le site Officiel

Le Parlement des enfants réunit chaque année, depuis 1994, 577 enfants élus par leurs camarades de classe pour représenter l’ensemble des circonscriptions législatives de métropole, d’outre-mer et des Français établis hors de France (11 circonscriptions ont été crées lors des élections législatives de 2012). Cette manifestation est organisée par l’Assemblée nationale avec le ministère de l’Éducation nationale,   l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et la Mission laïque française (MLF) . Il se déroule au Palais Bourbon.

 

Il s’agit d’offrir aux écoliers scolarisés en cours moyen deuxième année (CM2) une leçon d’éducation civique «grandeur nature », en leur proposant de découvrir la fonction de législateur et de l’exercer le temps d’un Parlement des enfants. Ils sont à cet effet invités à rédiger, sous la conduite de leurs enseignants qui les accompagnent dans cette réflexion, une proposition de loi, au terme d’une discussion qui doit leur apprendre ce qu’est le débat démocratique.

 

Après la publication au Bulletin officiel du ministère de l’Éducation nationale d’une circulaire qui fixe l’organisation générale de la manifestation, les thèmes, le calendrier, ainsi que les conditions de participation, les classes intéressées font acte de candidature auprès de la direction des services départementaux de l'éducation nationale dont elles relèvent, ou de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) et de la Mission laïque française (MLF) pour les classes des Français établis hors de France. Il appartient ensuite aux directeurs académiques des services de l’éducation nationale (DASEN), à l'AEFE et à la MLF, de choisir les classes qui participeront au Parlement des enfants.

 

Les classes sélectionnées sont alors contactées par le service de la communication et de l’information multimédia de l’Assemblée nationale qui leur fait parvenir la documentation nécessaire leur permettant de rédiger une proposition de loi, comprenant au maximum quatre articles. Chaque classe de métropole et d'Outre-mer rédige également deux questions adressées, pour l’une, au Président de l’Assemblée nationaleet, pour l’autre, au ministre de l’Éducation nationale. Les classes des circonscriptions représentant les Français établis hors de France rédigent également deux questions, l'une au Président de l'Assemblée nationale, l'autre à la Ministre chargée des Français de l'étranger.

 

Chaque classe peut dès lors commencer ses travaux afin de rédiger une proposition de loi, comme de vrais députés.

 

L'ASSEMBLÉE NATIONALE

L’Assemblée nationale et le Sénat composent le Parlement. Il y a 577 députés, élus pour 5 ans. L’Assemblée nationale vote la loi et contrôle le Gouvernement. Si elle est mécontente de l’action du Gouvernement, elle peut renverser le Gouvernement en adoptant une « motion de censure ».

 

L’Assemblée nationale siège au Palais Bourbon. Elle transmet les projets et propositions de loi qu’elle a votés au Sénat. Elle examine les propositions et projets de loi que le Sénat a votés.

DOCUMENTATION

  BD Petite histoire de la loi

 

Télécharger le document

 

 

  Kit Pédagogique "L'Assemblée Nationale"

 

Télécharger le document



2015 - JAURES DE LIBERCOURT



Libercourt: Les petits députés de l’école Jaurès légifèrent sur le port du casque


DANS LE CADRE DE LEUR PARTICIPATION AU PARLEMENT DES ENFANTS, MIS EN PLACE PAR L’ASSEMBLÉE NATIONALE AVEC LE CONCOURS, NOTAMMENT, DU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, QUEL PARTICIPENT 577 ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES EN FRANCE, LES ÉLÈVES DE CM1-CM2 DE MME AGEZ, À L’ÉCOLE JEAN-JAURÈS, ONT REÇU LA VISITE DE PHILIPPE KEMEL, DÉPUTÉ DE LA CIRCONSCRIPTION.

 

L’objet de cette visite était la présentation, par les élèves eux-mêmes, d’une proposition de loi qu’ils ont rédigée sur le thème de la sécurité, en ce qui concerne le port du casque à vélo.

Cette action de sensibilisation à la vie démocratique permet d’offrir aux écoliers une leçon d’éducation civique en leur proposant de découvrir la fonction de législateur. Les élèves sont, à cet effet, invités à rédiger, sous la conduite de leurs enseignants qui les accompagnent dans cette réflexion, une proposition de loi au terme d’une discussion qui doit leur apprendre ce qu’est le débat démocratique.

 

Une leçon très concrète

Les petits Libercourtois ont ainsi débattu sur le thème de leur proposition, en présence d’Olivier Solon, adjoint au maire, de l’Inspectrice de l’Éducation Nationale et de Mme Montagne, la directrice de l’école.

Philippe Kemel a jugé cette proposition très opportune, compte tenu des conséquences parfois graves d’une chute à bicyclette. « La sécurité est un excellent sujet, et leur participation constitue une formidable leçon d’éducation civique très concrète », a conclu le député-maire de Carvin.

 

2014 - VIAN DE CARVIN


2013 -DUCLOS DE MONTIGNY-EN-GOHELLE


QUESTIONS RÉPONSES AU DÉPUTÉ-MAIRE DE CARVIN


Une ambiance solennelle empreinte  des instances de la République transpirait ce mardi des murs de l'école primaire Jacques Duclos de Montigny en Gohelle. Philippe Kemel Député Maire de Carvin accompagné de Bruno Yard Maire de Montigny en Gohelle et de sa première adjointe ont répondu avec cœur aux questions réponses des élèves sous la houlette de leur professeur et de l'inspectrice de l'Académie . Après un pluie de questions du type : "Comment fait t'on pour devenir Député, à quoi ressemble une journée de Député.... ?"  élaborées sur les interrogations des élèves, quatre textes travaillés et construits en  collaboration avec leur enseignant ont fait l'objet d’exposés de motifs en vue de proposition de loi . L'intégralité des propositions on retenues l’attention de notre Député Maire et  il est d'ores et déjà sur que ces propositions feront écho dans le cadre du Parlement des Enfants.

UN SIÈGE DE DÉPUTÉ POUR DEUX À L'ÉCOLE DUCLOS DE MONTIGNY


La Voix du Nord - 08/03/2013
La Voix du Nord - 08/03/2013

PAR ANNA MORELLO

 

Quand un député de 64 ans rencontre une députée de 10 ans, de quoi parlent-ils ? De projets de loi bien sûr ! Mardi, Philippe Kemel a rendu visite à la classe sélectionnée pour représenter la circonscription au « Parlement des enfants ». L'occasion pour les élèves de CM2 de l'école Duclos à Montigny de bombarder l'élu de questions et de lui présenter quatre propositions de loi. Florilège et ambiance.

 

- Comment devient-on député ? « (...) Au bout d'une campagne électorale intense, d'explications, de mobilisations, j'ai gagné devant M. Melenchon et Mme Le Pen... »

 

- Préférez-vous être maire ou député ? « La fonction de maire est une fonction passionnante. Je pense qu'on ne peut pas faire l'un sans l'autre, je suis pour le cumul d'au moins deux mandats. Il faut un mandat local pour rester dans le bain de la réalité... »

 

- Quels sont les qualités à avoir pour être député ? « Bigre ! C'est une question difficile ! Il faut de la passion ! Et de la résistance aussi car on travaille surtout la nuit, c'est un rythme un peu parisien. Les séances durent parfois jusque deux heures du matin, voire 5 h quand il s'agit de clore les débats sur le mariage pour tous... »

 

- Est-ce qu'un député peut aller en prison ? « Ah... Normalement, il ne le doit pas... Si tel n'est pas le cas, il faut demander au Parlement de lever son immunité. »

 

- À quoi ressemble une journée de député ? « À Paris, on commence en général vers 8 h - 8 h 30 par une réunion des groupes ; vers 10 h, nous avons une réunion de commission ; vers 11 h - 11 h 30, une réunion de notre groupe... Ensuite, nous allons déjeuner. Vers 15 h, c'est la séance des questions orales ; vers 16 h - 17 h,, le vote solennel de propositions débattues auparavant ; de 17 h à 20 h, le début des débats sur des projets de lois, ensuite c'est la pause, puis vers 21 h, les débats reprennent jusque vers 2 h du matin... Ce sont des journées bien chargées. Et comme il y a un tunnel qui mène du Palais Bourbon à nos bureaux qui se trouvent en face, il peut arriver qu'on ne voit pas la lumière du jour pendant deux ou trois jours... On ne peut pas dire qu'on prenne l'air... »

 

Pénélope élue grâce à son enthousiasme

 

Cette semaine, Philippe Kemel a donc été mangé à la sauce des enfants, pas bien méchante. Et il s'est prêté au jeu de bonne grâce, d'autant que la classe visitée est celle qui a été choisie, parmi des centaines d'autres, pour représenter la 11e circonscription au Parlement et envoyer un élève à l'Assemblée nationale le 8 juin. « C'est un projet qu'on a lancé en septembre, raconte Julien Flieger, leur instituteur. Une fois qu'on a su qu'on était retenu, on a sélectionné un élève qui ira le 8 juin à l'Assemblée Nationale. » Et c'est Pénélope, 10 ans, qui a été élue par ses copains de l'école Jacques-Duclos de Montigny-en-Gohelle. Élue au terme d'une campagne acharnée qui l'opposait à Emile. Ce qui a fait la différence selon elle, « J'ai toujours été enthousiaste ! » Le 8 juin, elle sera parmi 577 autres jeunes, et se prononcera sur trois projets de loi, parmi lesquels, peut-être, l'un des siens. Car d'ici là, la classe de Pénélope aura été visitée l'Assemblée nationale, emmenée par le député (le 17 mai). Et aura aussi envoyé quatre propositions sur lesquelles les jeunes travaillent depuis des semaines : la construction obligatoire de ludothèques dans les communes ; la mise en place de cartes de paiement dédiées aux achats scolaires au lieu du versement de l'allocation de rentrée scolaire sur les comptes bancaires des familles ; l'organisation de rencontres sportives et culturelles avec des enfants handicapés ; la gratuité de l'accompagnement pour les parents d'enfants hospitalisés...

 

Des idées présentées à Philippe Kemel, à Brigitte Depret, inspectrice de l'Éducation nationale, et à Bruno Yard et son adjointe aux affaires scolaires... qui peut-être s'en inspireront pour mener des projets sur la commune... •

> source La Voix du Nord